Accueil du site > La Direction Europe de la recherche et coopération internationale > Actualités




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Création du LIA JIN « Joint Institute for Neuromuscular Research » avec le Canada

13 février 2019

La signature de la convention de création du LIA JIN le 29 janvier 2019, lors de l’inauguration de l’Antenne conjointe du CNRS et de l’Université de Lyon au Canada, hébergée à l’Université d’Ottawa, illustre le très grand potentiel scientifique entre la France et le Canada hors Québec. Ce nouveau LIA vient enrichir le réseau de coopérations structurées du CNRS au Canada (dont Québec) qui compte notamment 4 unités mixtes internationales (UMI) et 15 autres LIA.

Le LIA JIN vise à apporter sa contribution pour élucider des aspects fondamentaux de la physiologie cellulaire et moléculaire du muscle squelettique et du système nerveux périphérique en condition normale et pathologique, depuis le développement embryonnaire jusqu’au vieillissement. Ce projet ambitieux se base sur une collaboration existant depuis une vingtaine d’années entre deux chercheurs, Pr. Laurent Schaeffer, Université Claude Bernard Lyon 1 – Hospices Civiles de Lyon, et Pr. Bernard Jasmin, Faculté de Médecine – Université d’Ottawa.

« Avec Bernard, nous partageons la même conviction que, pour être effectif et pérenne, un projet collaboratif doit être basé non seulement sur un objectif scientifique commun avec une volonté d’exigence partagée, mais également sur des relations de confiance et d’estime mutuelle,  » souligne Laurent Schaeffer, directeur de l’Institut NeuroMyoGène et coordinateur scientifique français du LIA JIN.

Au cours des dix dernières années, les deux chercheurs ont œuvré au développement dans leurs pays respectifs d’instituts de recherche biomédicale sur le système neuromusculaire : l’Institut NeuroMyoGène (INMG, UMR5310-U1217 sous cotutelle du CNRS, de l’INSERM et de l’Université Claude Bernard Lyon 1) à Lyon, et le Centre pour les Maladies Neuromusculaires (CMNM sous tutelle de l’Université d’Ottawa) à Ottawa. C’est donc tout naturellement que les instituts se sont lancés dans l’aventure de ce partenariat.

« Nous avons tous deux été guidés par un principe fondateur : une recherche translationnelle de qualité ne peut émerger que d’une recherche fondamentale d’excellence et d’un environnement convivial créant une proximité constructive entre les cliniciens et les chercheurs » remarque Bernard Jasmin, qui occupe le poste de doyen de la faculté de médecine de l’Université d’Ottawa et est co-fondateur du Centre pour les Maladies Neuromusculaires (avec Dr. Rashmi Kothary).

La coordination scientifique actuelle du côté du Canada est assurée par Drs. Jodi Warman Chardon et Robin Parks, également professeurs à l’Université d’Ottawa et chercheurs à l’Institut de Recherche de l’Hôpital d’Ottawa. En multipliant des rencontres scientifiques réciproques, soutenues par les différents partenaires du LIA, une véritable communauté scientifique franco-canadienne est née. Le projet intègre déjà aujourd’hui une douzaine d’équipes des deux côtés de l’Atlantique, et l’avenir de ce partenariat s’annonce des plus prometteurs.

« Fort de sa qualité, de son envergure et de relations d’amitiés franco-canadiennes de longue date, on peut dire que notre LIA est unique en son genre. Son rayonnement et ses impacts translationnels dépasseront largement nos frontières françaises et canadiennes pour attirer l’attention et l’envie de la communauté scientifique internationale, » concluent Laurent Schaeffer et Bernard Jasmin.

Légende :

au premier plan  : Alain Schuhl (Directeur général délégué à la Science, CNRS), Jacques Frémont (Recteur de l’Université d’Ottawa), Frédéric Fleury (Président de l’Université Claude Bernard Lyon 1), Philippe Arhets (Représentant de l’INSERM - Etats-Unis/Canada)

au second plan : Jocelyn Côté (Doyen Adjoint, Faculté de Médecine, Université d’Ottawa), Kareen Rispail (Ambassadrice de France au Canada), Laurent Schaeffer (Université Claude Bernard Lyon 1 - Hospices Civiles de Lyon, Directeur de l’INMG de Lyon)

Crédits : Université d’Ottawa, Valérie Charbonneau, Communication and Marketing Officer